News Republic

Numériser et stocker notre mémoire cérébrale sur un ordinateur en 2045 ?

GIZMODO
GIZMODO
THURSDAY, JULY 4, 2013 8:47 AM GMT
Ray Kuzweil, directeur de l'ingénierie chez Google, affirme que nous serons en mesure, à moyen terme, de numériser et stocker notre savoir d'une manière révolutionnaire.

La clé, selon lui, réside dans notre capacité à pouvoir remplacer certaines parties de notre corps par des prothèses bioniques. Un processus qui existe déjà mais qui n'est pas encore suffisamment répandu du fait de son coût excessif. Un coût qui, visiblement, est dégressif et qui pourrait certainement donner lieu à des ouvertures encore inexploitées à ce jour.

A l'occasion d'un congrès à New-York ayant pour thème principal « le monde en 2045 », l'ingénieur a affirmé que la technologie avançait, selon lui, beaucoup plus vite que l'Homme lui-même et que d'ici 30 ans, nous aurons la capacité de transférer des données depuis notre esprit vers un périphérique informatique. Il précisera que nos membres, à terme, seront selon lui naturellement remplacés par des prothèses.

Une théorie basée sur la loi de Moore : l'augmentation permanente de la puissance de calcul de nos ordinateurs pourrait en effet leur donner la capacité de conserver toutes les informations que nous mémorisons. Autrement dit, tout ce que notre cerveau stocke.

Et comme on n'en a jamais assez, l'homme n'hésite pas à affirmer que ce processus pourrait être aidé grâce aux progrès de la médecine, en faisant référence, notamment, à notre capacité d'effectuer des implants (pour récupérer l'ouïe par exemple) ou encore à ce que l'on appelle les yeux bioniques. Un concept qui l'amène même à penser qu'un jour, une majeure partie de notre corps finira par devenir robotique, à une puissance telle que les prothèses seront parfaitement adaptées à notre mode de fonctionnement corporel.

Lire la video

Read the article on News Republic

Read the original article
Comments :